English | Français





A l e r t i n g    a n d   S u r v e i l l a n c e   f o r   I n f e c t i o u s   D i s e a s e   E p i d e m i cs


> Accueil | Le Projet | Contexte

Contexte

Les infections respiratoires, un problème majeur de santé publique

Les infections respiratoires aigües (IRA) sont estimées être responsables de 3,9 millions de décès par an (OMS, 2002). Les IRA sont parmi les principales causes de décès chez l’enfant de moins de 5 ans, et la première dans les pays à faibles ou moyens revenus. Ces chiffres pourraient être sous-estimés car leur diagnostic est difficile et incertain.


Parmi les infections respiratoires aigües, la grippe, souvent banalisée comme synonyme de rhume ou de « coup de froid », est une maladie sérieuse et un problème majeur de santé publique à l'échelle planétaire. C’est une infection virale aiguë provoquée par un virus grippal. Dans les régions tropicales, la grippe peut apparaître tout au long de l’année, avec des flambées épidémiques irrégulières.

Chaque année dans le monde, la grippe touche entre 5% et 10% des adultes et 20% à 30% des enfants.

La maladie peut provoquer des hospitalisations et des décès principalement parmi les groupes à haut risque (très jeunes, personnes âgées ou maladies chroniques).

Au niveau mondial, ces épidémies annuelles sont responsables d’environ trois à cinq millions de cas de maladies graves, et 250 000 à 500 000 décès.




Orussey Market (live bird market) in Phnom Penh

photo Paul Horwood - Institut Pasteur Cambodge



L’émergence et la propagation mondiale en 2009 d’une nouvelle souche endémique de grippe, le virus A(H1N1) et, plus récemment encore, l’émergence d’un nouveau variant A(H7N9), a démontré la nécessité d’un réseau de surveillance efficace des infections respiratoires axé sur la grippe, mais aussi sur d’autres virus respiratoires.


                             

                      Virus de la grippe

 


                 La Grippe en quelques points     

                                                                                                                     

  • La grippe est une infection virale aiguë qui se propage facilement d’une personne à l’autre.
  • La grippe circule dans le monde entier et peut toucher n’importe qui dans n’importe quel groupe d’âge.
  • La grippe provoque des épidémies annuelles qui atteignent leur pic pendant l’hiver dans les régions tempérées.
  • La grippe est un problème de santé publique sérieux qui provoque des maladies graves et des décès dans les populations à plus haut risque.
  • Une épidémie peut également avoir des répercussions économiques par perte de productivité et solliciter énormément les services de santé.
  • La vaccination est le moyen le plus efficace de prévenir l’infection.
  • Des médicaments antiviraux sont disponibles pour le traitement, mais les virus grippaux peuvent développer une résistance à ces médicaments.

Émergence et ré-émergence de maladies infectieuses

Si hier, le contrôle des maladies infectieuses était considéré comme quasi acquis, grâce aux progrès de l’hygiène, aux vaccinations et aux antibiotiques, ces maladies sont aujourd’hui revenues au premier plan des préoccupations de santé publique.


L’émergence ou la ré-émergence d’une infection découle d’une interaction complexe entre des facteurs liés aux agents infectieux, parfois à un ou plusieurs vecteurs, à leurs hôtes (animal ou humain) et à l’environnement dans lequel évoluent et s’adaptent tous ces êtres vivants.

L’émergence s’effectue en règle générale en 2 étapes : introduction d’un nouvel agent pathogène et dissémination dans une population ne possédant pas ou peu de défense immunitaire contre lui.

Une maladie infectieuse émergente est un phénomène infectieux – ou présumé infectieux – inattendu (en référence à ses propriétés intrinsèques ou aux connaissances de sa biologie).

On retrouve quelques constantes dans ces maladies : augmentation, souvent assez brutale, de l’incidence dans le temps et/ou l’espace, conditions d’expansion modifiées, et incertitude quant à l’ampleur du phénomène.


L’anthropisation croissante des écosystèmes existants et l'intensification des voyages internationaux sont partiellement responsables de l'émergence de pathogènes à des endroits inattendus, et avec une expansion géographique rapide, qui menace les communautés non préparés au niveau sanitaire.

L’amélioration de la sécurité sanitaire mondiale nécessite de renforcer la prévention, la préparation et la réponse aux risques sanitaires, ainsi que la gestion des situations post-crises.


L’activité de surveillance des maladies infectieuses émergentes, la détection précoce et le signalement de nouvelles pathologies ou de la survenue de phénomènes épidémiques ou considérés comme anormaux et pouvant constituer un danger pour la santé publique, est essentielle.

L’analyse du signal d’alerte doit ensuite permettre de préciser rapidement sa réalité, l’existence d’un risque pour la santé publique et les mesures à mettre en œuvre de manière immédiate ou différée après investigation épidémiologique.


L’OMS recommande une surveillance étroite de la grippe et des infections respiratoires, mais la surveillance d'autres maladies virales émergentes ou ré-émergentes, comme la poliomyélite, est également cruciale.


En effet, fin 2013, 60% des cas de poliomyélite résultaient de la propagation internationale du poliovirus sauvage, les pays d’Afrique Centrale étant particulièrement affectés par la ré-émergence de la poliomyélite.

En Mai 2014, l’OMS a reporté que les conditions de la déclaration d’une urgence de santé publique de portée internationale étaient réunies, et qu’une action internationale coordonnée était essentielle pour mettre un terme à la propagation internationale du poliovirus sauvage en 2014 et prévenir toute nouvelle propagation (voir Déclaration de l'OMS, Mai 2014).




Le Règlement Sanitaire International (2005)

             

               

La mondialisation croissante des échanges implique une augmentation des flux internationaux de voyageurs et de marchandises qui peut favoriser la propagation des maladies infectieuses. Aujourd’hui, une crise sanitaire dans un pays peut avoir des répercussions très rapides sur l’activité et l’économie dans de nombreuses parties du monde, comme en ont témoigné les crises liées au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2003 ou de la pandémie grippale associée au virus A(H1N1) en 2009.


Dans ce contexte, il est nécessaire de bénéficier, au niveau mondial, d’un réseau d’alerte et de réponse performant. La révision de 2005 du Règlement sanitaire international (RSI), vise à mettre en place ce réseau en couvrant les maladies infectieuses mais également tout événement pouvant constituer une urgence de santé publique de portée internationale  (connu ou inconnu).


Le RSI est un instrument juridique international qui a force obligatoire pour les 196 États parties en matière de santé publique dont l’objectif est de « prévenir la propagation internationale des maladies, à s’en protéger, à la maîtriser et à y réagir par une action de santé publique proportionnée et limitée aux risques qu’elle présente pour la santé publique, en évitant de créer des entraves inutiles au trafic et au commerce internationaux ».  


Contacts                                                                                                                                                                     Crédits photos : © INSTITUT PASTEUR ET RÉSEAU INTERNATIONAL DES INSTITUTS PASTEUR